• Le jeu sur les mots, outil majeur de la société du mensonge...

     Dans un précédent billet (les vins sans sulfites, les honneurs et la grande distribution) j'ai évoqué les questions posées par une publicité largement médiatisée... Le vin qui rapporta un trophée à un négociant (et je ne dirai jamais de mal des négociants en général, j'en connais de fort honnêtes !) est décrit comme "sans soufre ni additifs". Fort bien !

    Mais ne croyez pas pour autant que cela veut dire que vous boirez un vin dans lequel il n'y a que du jus de raisin, que rien n'aura pu être ajouté à la vendange. Car il faut distinguer les "additifs" des "auxiliaires de vinification". Ainsi l'ajout de levures sélectionnées, ou l'utilisation de bentonite, rentrent dans la catégorie des "auxiliaires" et pas des "additifs". Et les levures sélectionnées peuvent éventuellement résulter d'un bidouillage du génôme... Certes, on vous assurera qu'il ne s'agit nullement d'un OGM, puisque l'on n'a pas introduit dans le génôme de la levure en question les gènes codants provenant d'une autre espèce, par exemple de fraise... Il faudrait dire : "sans sulfite ni intrants"...

    Ainsi vivons-nous, médias aidant, dans un univers virtuel déconnecté de l'univers réel mais se présentant comme tel... Evidemment, cela arrange certains acteurs du monde économique (ou, selon le cas, du monde politique) dont l'intérêt est de nous faire prendre les vessies pour des lanternes...

    Si le premier émetteur du "jeu de mots" qui camoufle une réalité ne bénéficiait pas de la complicité passive ou active des gens qui ont le pouvoir de tolérer une situation ou le pouvoir de lui donner un retentissement médiatique, la situation serait plus saine !

    Mais je crains qu'il n'en soit rien, dans aucun des domaines de la vie... Nous vivons dans la société du mensonge, tout simplement.

     Ainsi en arrivons-nous, peu à peu, à la situation globale décrite par Noël Pons dans son livre "La corruption des élites" (Odile Jacob, éditrice). Dans l'apathie générale ? Certes non, heureusement !

    Ceci dit, dans le cas de monsieur Gérard Bertrand, le vendeur de vin sans soufre ni additifs, je me garderai bien de le qualifier de menteur : simplement, je m'interroge ! En attendant d'avoir les réponses à mes questions, je sais chez qui trouver de vrai vin, j'en ai bien besoin pour garder courage !

    Et puis, cela fait partie du jeu, du grand jeu de la vie...


  • Commentaires

    1
    David le plombier
    Mercredi 7 Novembre 2012 à 08:44

    Bonjour je viens de lire ce billet et j'ai la net impression d'etre pris pour un pigeon par tous ces capitalistes qui cerches a faire que des profits.Et cela avec l'accord de certainsvignerons peux scrupuleux.

    Merci Pierre de nous en informer et te dis a bientôt.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Jean PETER
    Mercredi 7 Novembre 2012 à 17:17


         Ce  billet m'a donné l'occasion de m'instruire : aller chercher sur Wikipedia ce qu'est la bentonite et ses usages multiples, et son numéro CAS....
        Dès les premières fois où je t'ai entendu, j'ai été frappé  par ton insistance à signaler que les règles sur le vin sont hors de celles qui s'appliquent aux autres produits alimentaires, en particulier l'absence d'étiquetage de la composition complète du produit consommé. Ce point devrait être réclamé par tous les vrais amateurs de vin, à commencer par les organismes viticoles, en exigeant cet affichage pour les vins importés aussi bien que pour les vins français.  Une telle mesure prise par la France aurait un grand poids en raison de sa réputation dans ce domaine,  de sorte que  les autres pays seraient fortement incités à faire de même.  Il faut donc que tu internationalises ta campagne d'information !!

    3
    Mercredi 7 Novembre 2012 à 19:17

    Je réponds ici à David et à Jean.

    David, le capitalisme prédateur est certes une calamité, mais le capitalisme des petites et moyennes entreprises, qui fait vivre le pays, est en général respectueux des lois et règlements. Ceci dit, il faut toujours  restervigilant ! Le problème est plus profond et tient à la nature humaine : quand il y a profit à tirer d'un manquement ou d'une faille dans les textes, rares finalement sont ceux qui ne saisissent pas l'occasion. Il faut aussi compter avec la routine : il y a encore des paysans et des vignerons qui croient que la chimie de synthèse c'est le progrès, et plus généralement qui ne croient pas à la dangerosité des produits qu'ils utilisent ! Voir le lien : http://www.mdrgf.org/pdf/Rapport_vin_pesticide_fr.pdf sur les pesticides trouvés dans les vins... Et même en bio, les produits suivants sont autorisés en vinification (ce qui ne veut pas dire bien sûr qu'ils le soient toujours et par tous les vignerons) :

     

    - Carbonate de calcium
    - Tartrate neutre de potassium
    - Bicarbonate de potassium
    - Phosphate diammonique
    - Dichlorhydrate de thiamine
    - Acide L-ascorbique
    - Tanins 
    - Acide métartratique
    - Charbon à usage œnologique
    - Bitartrate de potassium
    - Alginate de potassium
    - Gomme arabique 
    - Citrate de cuivre
    - Sulfate de cuivre (jusqu’au 31/07/2015)

    J'arrête pour ce soir avec mes copier-coller !

    Jean, merci pour ta contribution tout à fait pertinente, mais quand à internationaliser ma campagne d'information, veuille considérer que je suis un vieil homme sans moyens : il y a certes le souhaitable... mais aussi le possible !

    Bon, j'ai encore des progrès à faire pour maîtriser le fonctionnement du blog !





     

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :